Fautes à ne pas commettre

jeudi 27 août 2015

Fautes à ne pas commettre

Parcours pelerinage

Si l’on fait Hajj al-Qiran ou Hajj al-Ifrad (c’est-à-dire Hajj et Umrah ensemble), il faut se rendre en état de pureté à une place de pureté (al miqat), en marchant sur le chemin qui va vers la Mecque. Si cela n’est pas le cas, il faut partir de son lieu de séjour dans l’état de la pureté (Ihram).

Si l’on fais la Hajj al-Tamatt’u (Hajj interrompue), il faut se rendre au huitième jour du Dhul Hijjah à partir de son lieu de séjour dans un état de pureté. Effectuer les rites du lavage du corps entier (ghusl). Les hommes, se parfument et mettent un habit blanc sans couture composé de deux parties (izar et rida). Les femmes peuvent couvrir leur corps (le visage et les mains restent découverts) d’un habit normal, non provocateur.
Il faut ensuite dire (les hommes à haute voix , les femmes à voix basse) les mots suivants (talbiyyah) :
Labbayka Allāhumma Labbayk
(Ici je suis Maître à ton service, ici je suis. Ici je suis. Tu n’as pas de partenaires. Ici je suis. Ma foi ! L’éloge et la faveur et la puissance sont les tient. Il n’existe personne de tes semblables.)

Il faut ensuite se rendre à Mina et faire les prières « Asr, Maghrib, Isha et Fajr » aux heures données.
Lorsque le soleil se lève au matin du neuvième jour du Dhul Hijjah, il faut avancer dignement vers la montagne Arafat et y faire la prière Dhur (raccourcie et combinée avec un adhan et deux iqamahs) et la prière Asr en s’assurant bien être au-dedans des frontières d’Arafat. Réciter l’éloge à Allah le tout-puissant et le supplier avec les mains en l’air et le visage tourné vers la Ka’aba comme le fit le prophète Mahomet. Il faut rester dans le territoire d’Arafat jusqu’au soleil couchant.
Après le coucher du soleil, il faut aller vers Muzdalifah. A l’arrivée, il faut faire la prière du Maghrib et Isha en les combinant et en raccourcissant l’Isha sur deux rak’alts. Il faut rester à Muzdalifah jusqu’à ce que la nuit soit tombée. Après la prière Fajr, il faut supplier en direction de la Ka’aba avec les mains en l’air, car c’est ainsi que l’a fait le prophète. Il faut ramasser sept pierres puis les jetter sur la colonne en pierre Aqabah. D’autres pierres peuvent être ramassées à Mina.
A l’arrivée à Mina (les femmes et les faibles peuvent arriver après minuit) il faut faire ceci :
Jetter les sept pierres l’une après l’autre près de la colonne en pierre Aqabat (elle est la plus proche de la Mecque) et dire à chaque fois « Allahu akbar ».
Tuer l’animal d´offrande. Il faut en manger mais la plus grande partie doit être donnée aux indigents.
Il faut se raser la tête mais les femmes ne doivent que couper les pointes de leurs cheveux, pas plus.
Il faut ensuite aller à la Mecque et effectuer la tawaf al-ifadah (la dernière ronde et la lapidation des colonnes). Lorsque l’on fait la Hajj al-tamatt’u, il faut aussi effectuer la Sa’i. Si on fait la Hajj al-Ifrad ou Hajj al-Qiran, et que l’on n’ait pas encore fait la Sa’i avec la tawaf al-qudum (la ronde de l’arrivée), il faut faire la Sa’i. Après cela, les interdictions de l’état civil sont supprimées et on peut de nouveau retourner à la vie quotidienne. Après avoir lapidé les trois colonnes et passé la nuit à Mina, on a le droit de déplacer la tawaf al-ifadah au retour.
Après avoir fait la tawaf al-ifadah le jour des victimes, Il faut retourner à Mina et y passer les nuits du 11ème, du 12ème et du 13ème du Dhul Hijjah (les jours qui précèdent le jour de victimes, connus comme les jours ayam altashreeq). Il n’est permis de ne passer que deux nuits là-bas.
Il faut lapider les trois colonnes pendant le séjour à Mina dans l’après-midi du 2ème et 3ème jour en commençant par la colonne la plus éloignée de la Mecque (donc la colonne du milieu, puis la colonne Aqabah). Il faut jetter les sept pierres l’une après l’autre sur chacune des trois colonnes et dire « Allahu akbar » à chaque lancé. Si on ne reste que deux nuits à Mina, il faut partir avant le coucher du soleil du 2ème jour. Si le soleil s’est déjà couché et que l’on n’a pas eu le temps de partir, il faut rester la 3ème nuit et jetter une fois encore les pierres le jour suivant. Il est conseillé de rester les trois nuits à Mina. Les malades et les faibles ont le droit de nommer un remplaçant, qui jette à leur place les pierres. Le remplaçant jette en premier ses propres pierres puis celles de la personne qu’il remplace.
Après l’achèvement des rites du Hajj, il faut effectuer la ronde d’adieu (tawaf al-wida) avant de quitter la Mecque pour rentrer à la maison. Seules les femmes ayant leur menstruation ou étant enceinte en sont dispensées.

Les sept tours de la Ka’aba (tawaf)
Lorsqu’on arrive à La Mecque, on fait sept fois le tour de la Ka’aba de la façon suivante :

On commence par la pierre noire et on dit : « Allahu akbar ». Au premier tour de la Ka’aba, les hommes découvrent leur épaule gauche (idti’ba’a), et au septième, ils la recouvrent.
à chaque tour de la Ka’aba, on loue Allah, on le supplie et si c’est possible, il faut s’approcher de la pierre noire pour l’embrasser. Si cela n’est pas possible avec la masse de personnes, y poser la main droite ou faire le geste correspondant en sa direction suffit. Il ne faut surtout pas oublier de prononcer les mots suivants « Allahu akbar ». Il ne faut pas bousculer les personnes, car cela pourrait déplaire à Allah.
Il faut terminer chaque tour de la Ka’aba en prononçant les mots suivants : Rabbana, attina fid-dunya hasanatan wa fil-akharati hassana wa qina adaban-nar. (Oh Maître, donne nous le bon dans ce monde, le bon pour le futur et protège nous de la punition du feu)
il est conseillé de parcourir les trois premiers tours de la Ka’aba à pas légers et les quatre derniers à pas lents sans déranger les autres pèlerins.
si l’on veut pratiquer les rites comme le prophète Mahomet, il faut à chaque tour aller toucher avec la main droite (ou faire ce geste) le coin sud de la Ka’aba (Rukun Al-Yamani) sans toutefois l´embrasser.
Après le septième tour, on prie dans un endroit tranquille ou sur une place dans la mosquée sacrée, deux Rak’ats de la prière (salat) derrière la place d’Ibraham (Maqam Ibrahim)
Un musulman n’a pas le droit de faire sa prière (salat) dans la Mosquée, aux alentours de la Mosquée ou à côté d’une femme. Les femmes doivent faire leur prière derrière les hommes.
Les portes et les entrées de la Mosquée servent à entrer et à sortir. Même pendant une prière en communauté, les pèlerinss ne doivent pas les bloquer.
Il est interdit d’interrompre le déplacement de la foule autour de la Ka’aba en étant assis à la place d’Ibraham ou en priant ou en étant devant la pierre noire.
Ce n’est pas une tradition licite d’embrasser la pierre noire du côté de la face Yémen de la Ka’aba (Rukn al-Yamani). Même si la place n’est pas pleine de monde, il suffit, même si c’est difficile, de le toucher de la main droite et de dire « Bismillah wa Allahu akwar ». Quittez-le pour continuer les rondes et ne la désignez pas du doigt et ne parlez pas lorsque vous êtes sur le long de la face de la Ka’aba car ces places ne sont pas celles du prophète et selon lui, il est conseillé de dire entre le Rukn-i-yamaani et le Hajr-i-Aswad « Rabbana ... zaabunar » (Oh Maître ! Donne-nous le bon de ce monde et le bon du futur et protège-nous de la punition du feu)
Les sept marches entre les collines de Al-Safa et Al-Marwah (Sa’i)
On commence à la colline Safa et on termine les sept marches à la colline Marwah. Les marches effectuées entre les deux collines sont aussi vues comme une seule marche (shawt). À chaque fois que l’on aperçoit la Ka’aba en montant sur la colline Safa, il faut se tourner vers elle et dire, si possible, trois fois : « Alhamdu.....qadir » (il n´existe aucun Dieu autre que Allah, c’est celui qui domine, c’est celui qui obtient l’éloge et Il est le seul à être maître de toutes les choses) les mains levées mais sans toutefois gesticuler avec les mains en direction de la Ka’aba. Arrivé à la colline Marwah, on fait la même chose.
À l’apparition du premier poste vert, les hommes doivent activer leur marche mais les femmes ne doivent pas courir. Pendant la Sa’i, il n’y a pas de rituels prescrits, mais il est toujours bien de réciter le Coran de son propre gré. Il est permis de prendre part à la Sa’i en n’étant ni propre, ni pur, mais il est préférable de l’être.

Il n’y a pas de formules prescrites, ni de supplications pour les rondes de la Ka’aba (tawaf) ou pour les sept marches entre Al-Safa et Al-Marwah. Le pèlerin peut louer et supplier Allah avec ses propres mots. Pendant ces rites, il peut citer des passages du Coran qui font référence aux supplications du prophète. La coupe des cheveux.

Après avoir fini les sept marches entre les collines de Al-Safa et Al-Marwah (Sa’i), le pèlerin doit avoir une nouvelle coupe de cheveux. Le mieux est de se raser la tête. Les femmes doivent couper seulement les pointes des cheveux et pas plus, puis elles doivent s’attacher les cheveux.
Après cela, le pélerinage est terminé et le pèlerin peut quitter l’état pur, retirer ses habits de la consécration et retourner à ses activités normales.

Les fautes fréquemment commises par des pèlerins
1. des fautes qui concernent l’ihram (l’état de pureté)

Certains pèlerins contournent sur leur chemin le lieu désigné de l’ihram ou se rendent là-bas en n’étant pas en état de pureté (ihram). Ils poursuivent leur chemin jusqu’à Jeddah (djedda) ou jusqu’aux lieux sacrés et se rendent là-bas en état de pureté. Ceci est contre les commandements de Mahomet qui prescrit que chaque pèlerin rencontrant sur son chemin un lieu d’ihram doit s’y rendre en état de pureté (ihram). Si cela devait se produire, il faut soit retourner sur ses pas, soit se rendre en ihram ou tuer un mouton à la Mecque et donner toute la viande aux pauvres. Ceci est valable pour tout le monde soit pour ceux venant en avion, en bateau, ou à pied. Si quelqu’un n’est pas passé à une des cinq places d’ihram, il doit se rendre en ihram au point le plus proche.

2. des fautes qui concernent tawaf (les rondes de la Ka’aba)

de commencer la tawaf de l’autre côté de la pierre noire bien qu’il soit obligatoire de commencer là où se situe la pierre noire.
de faire la tawaf dans le Hijr Isma’il, c’est-à-dire qu’on contourne juste une partie. Si on ne fait pas le Hijr Isma’il qui est une partie de la Ka’aba, on rend la tawaf non valable.
de faire la tawaf à petits pas rapides (ramal) ; normalement, on n’a que le droit de faire les trois premiers tours (tawaf al-qudum) à petits pas rapides (ramal).
s’efforcer d’accéder à la pierre noire en frappant et en heurtant les personnes. Il n’est pas permis de heurter ou de frapper les musulmans.
Si on embrasse la pierre noire, cela ne porte pas préjudice à tawaf. Si on n’arrive pas à l’embrasser ou à la toucher, alors il suffit de marcher à ses côtés et de la désigner du doigt en disant « Allahu akbar ».

si on passe la main sur la pierre noire en demandant bénédiction (barakah). Ceci n’est pas en accord avec la loi de l’Islam (Shari’ah). La tradition du temps de Mahomet (sunnah) est de l’embrasser ou de la toucher si c’est possible.
de toucher les quatre coins ou les murs de la la Ka’aba. Mahomet ne touchait que la pierre noire et le coin Yemeni dans la Ka’aba.
de dire à chaque tour des formules de supplication. Mahomet disait « Allahu akbar » seulement lorsqu’il passait devant la pierre noire et à la fin de chaque tour (entre la pierre noire et le coin Yemeni) :
"Rabbana, atina fid-dunya hassanatan wa fil-akhirati hassana wa qina adhaban-nar."
(Oh Maître, donne-nous le bon de ce monde et le bon du futur et protège-nous de la punition du feu.)
d´élever la voix au dessus des autres pèlerins car selon la tawaf, cela peut provoquer des irritations entre les pèlerins.
de vouloir prier à la place d’Ibrahim. Ceci est contre la tradition du temps de Mahomet (sunnah) et peut mettre en danger les pèlerins. Il suffit de faire deux rak’ats de la prière quelque part dans la sainte Mosquée après avoir terminé la tawaf.
3. des fautes qui concernent la Sa’i

certains pèlerins se tournent en direction de la Ka’aba et gesticulent avec leur main en disant « Allahu akbar » comme s’ils disaient la prière de takbir. Ces gesticulations sont une faute car Mahomet ne montrait que la paume de sa main afin de supplier Dieu. On peut louer ou glorifier dans les mots de son choix, le visage tourné vers la Ka’aba. Il est préférable de réciter la dhikr, comme le faisait Mahomet à Safa et à Marwah.
d’augmenter la vitesse pendant le trajet entre les deux collines. La tradition du temps de Mahomet (sunnah) est de marcher à pas rapides entre les deux marquages verts et le reste du chemin en marchant à un rythme normal.
4. des fautes qui concernent la colline Arafat

certains pèlerins campent en dehors des frontières de la colline Arafat et ils y restent jusqu’au coucher du soleil. Ils se mettent en route vers Muzdalifah sans séjourner à Arafat. C’est une grave erreur car le séjour au Arafat, essence du pèlerinage, et à l’intérieur de ses frontières est obligatoire. S’il fait trop chaud pour rester toute la journée jusqu’au soleil couchant, il est permis de le faire pendant la nuit (en particulier pendant la nuit avant le jour des victimes, le 10ème jour du Dhul-Hijah).
il est interdit de quitter la colline Arafat avant que le soleil ne se couche, car Mahomet restait sur Arafat jusqu’au soleil couchant.
il n’est pas permis de monter sur la colline Arafat en bousculant les musulmans. Le terrain entier est un endroit de séjour et il n’est pas légal ni de monter sur la colline ni d’y faire sa prière.
il n’est pas correct de supplier en direction de la colline car c’est une tradition du temps de Mahomet (sunnah) de tourner le dos à la Ka’aba.
La loi islamique interdit de ramasser la saleté ou les pierres de la place nommée.
5. des fautes qui concernent la Muzdalifah

certains pèlerins commencent dès leur arrivée à Muzdalifah à ramasser des pierres avant de faire la Maghrib et les prières Isha. Ils pensent que toutes les pierres doivent être ramassées. Cependant, il est dit que dans le territoire de Al-Haram (territoire ou villes de la Mekke) on peut ramasser les pierres où l’on veut. Il est dit que le Mahomet n’a pas décrit où il faut ramasser les pierres en Muzdalifah. Il se leva juste pour quitter Muzdalifah, puis lorsqu’il arriva à Mina, il ramassa les autres pierres. Certains pèlerins lavent les pierres, mais c’est interdit.
6. des fautes qui concernent le lancer des pierres

certains pèlerins pensent qu’ils jettent les pierres sur le diable (shayateen) ;ils les jettent donc avec force et avec rage. Mais jeter les pierres sur les piliers ne doit que rappeler Allah, le tout-puissant.
d’autres pèlerins jettent des gros morceaux de rocher ou des morceaux de brique. Ceci est du fanatisme et Mahomet a interdit ces excès.
se battre et se bousculer afin de pouvoir lancer les pierres, est insoutenable. Il est prescrit d’être aimable et de lancer les pierres sans blesser quelqu’un.
c’est une faute de lancer toutes les pierres en même temps car les savants disent que cela équivaut à un seul lancer. Selon la loi islamique (Shari’ah) un lancer ne compte que si on dit à chaque lancer les mots suivants « Allahu akbar »
il est interdit de nommer quelqu’un comme remplaçant simplement parce que l’on a peu de la foule. Seules les personnes faibles et malades ont le droit de nommer un remplaçant.
7. des fautes qui concernent la tawaf d’adieu (Tawaf al-Wida)

certains pèlerins partent de Mina vers la Mecque avant de lancer les pierres sur les piliers. Ils terminent la tawaf d’adieu et partent à Mina pour lancer les pierres et pour finir le pèlerinage. En faisant ainsi, le lancer de pierres, et non la ronde de la Ka’aba, est le dernier rite. Mahomet disait : « personne ne doit partir sans avoir fait la dernière visite de la Ka’aba. Il faut donc que la tawaf d’adieu soit faite après l’achèvement des rites du Hajj et peu avant le départ. Après cela, il ne faut pas rester à la Mecque (sauf le temps qu’il faut pour le départ).
certaines personnes sortent à reculons après avoir fait la tawaf d’adieu, en regardant la Mosquée sacrée car elles pensent qu’elles expriment du respect envers elle. Ceci est une innovation (bid’a) de la religion et n’a donc aucune valeur.
certains pèlerins tiennent la porte de la Mosquée sacrée en sortant et ils la supplient. Ceci est aussi une innovation (bid’a) qui n’est pas en accord avec la loi islamique (Shari’ah) et n’a donc aucune valeur.
Ce que l’on attend d´un pèlerin
se repentir sincèrement des péchés.
prendre garde aux mensonges, aux blasphèmes et aux diffamations.
avoir la pure intention de faire le pèlerinage dans le seul but de la satisfaire Allah.
apprendre quels rites de la loi islamique (Shari’ah) sont prescrits pour le pèlerinage et demander à un savant en cas de difficultés.
choisir de quelle façon effectuer le pèlerinage :soit Ifrad, soit Tamatt’u, soit Quiran. Celui qui n’a pas d’animal à sacrifier, doit effectuer de préférence Tamatt’u. Celui qui en a un doit effectuer de préférence Quiran.
si une personne se met en état d’Ihram, et a peur de tomber malade ou a peur de ne pas accomplir tous les rites prescrits, il est préférable d’abandonner pour recommencer plus tard.
Le pèlerinage effectuée par les enfants est valable, mais ce n’est pas un devoir islamique.
si on trouve nécessaire de prendre un bain, de se laver la tête ou de se gratter pendant l’Ihram, on a le droit.
une femme peut se voiler le visage si elle a peur qu’un homme la regarde.
beaucoup de femmes portent sous leur voile une ’asabah (une certaine façon de voiler leur visage) pour que le voile ne touche pas le visage. Ceci n’est pas conforme à la loi islamique (Shari’ah).
il est permis de laver les habits d’Ihram et de les porter de nouveau ou de les échanger contre d’autres habits d’Ihram .
si quelqu’un porte un habit à couture, couvre sa tête ou met du parfum en état d’Ihram par ignorance ou par oubli on n’attend pas de lui une offrande de punition ni de compensation.
si quelqu’un effectue le pèlerinage al-Tamatt’u, il doit réciter la talbiyya à l’arrivée de la Ka’aba et au début de la tawaf.
de marcher à pas rapides et courts avec l’épaule couverte est permis pendant les trois premières rondes à l’arrivée de la tawaf (ceci n’est valable que pour les hommes)
si un pèlerin oublie le nombre de rondes effectuées, alors il doit décider pour le nombre le plus petit. Ceci est aussi valable pour la Sa’i.
s´il y a une masse de personnes trop importante, il n’est pas grave d’effectuer les rondes de l’autre côté de la place d’Ibrahim car la mosquée entière est un lieu de la tawaf.
pour les femmes, il est interdit d’effectuer la tawaf, d’y montrer sa beauté, de se parfumer ou de laisser découvert ce que la loi islamique (Shari’ah) a prescrit de couvrir.
si pendant l’Ihram une femme commence a avoir ses menstruations ou qu’elle accouche, elle doit arrêter la tawaf et elle peut la recommencer lorsque les menstruations sont terminées et qu’elle est de nouveau pure.
une femme peut porter toute sorte d’habit tant qu’elle ne porte pas d’habits d’hommes ou d’habits provocants.
d’exprimer d’autres intentions que d’effectuer le pèlerinageh. Ceci est une innovation (bid’a), c’est donc interdit et une faute grave, encore plus grave si on le dit à voix haute.
si un musulman décide d’effectuer le pèlerinage, il lui est interdit de passer devant le lieu nommé de l’Ihram, sans se rendre en état d’Ihram
si un pèlerin vient en avion, alors il se rend en état d’Ihram lorsqu’il passe en face du lieu de l’Ihram. Il devrait déjà se préparer avant l’envol.
si quelqu’un habite à la Mecque ou entre la Mecque et le lieu de l’Ihram, ce n’est pas la peine qu’il se déplace pour effectuer l’Ihram. Dans ce cas, il se rend en état d’Ihram pour le pèlerinage à son lieu de séjour.
Le pèlerin qui effectue le pèlerinage al-Tammatt’u, se rend au 8ème jour du Dhul-Hijjah au lieu de son séjour en état d’Ihram. Pour lui, ce n’est pas la peine d’aller à une place spéciale dans la Mecque (par exemple al-Mizab) pour se rendre en état d’Ihram et ce n’est pas la peine de faire la tawaf d’adieu.
Après le lever du soleil du 8ème jour du Dhul-Hijjah, il est préférable de se rendre à la montagne ’Arafat à partir de Mina.
il n’est pas permis de quitter la montagne ’Arafat avant le coucher du soleil du 9ème jour du Dhul-Hijjah. Si les pèlerins doivent la quitter avant le coucher du soleil (par exemple s’ils tombent subitement malades ou se blessent gravement), ils doivent le faire avec humilité et avec prudence.
Les prières Maghrib et ’Isha doivent être dites à l’arrivée à Muzdalifah, soit pendant le temps du Maghrib ou du ’Isha.
il n’est pas permis de ramasser les pierres pour lapider les colonnes dans le territoire de la Mecque (al-Haram) et de Muzdalifah.
Il n’est pas conseillé de laver les pierres. Il n´existe aucun écrit où il est dit que Mahomet ou ses compagnons l’aient fait, d’autant que ces pierres lancées seront réutilisées par d’autres pèlerins.


Agenda

<<

2018

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 5 prochains mois

Météo

Dakar, DK, Senegal

Conditions météo à 13h00
par weather.com®

Très nuageux

30°C


Très nuageux
  • Vent : 11 km/h - nord-ouest
  • Pression : 1011 mbar tendance symbole
Prévisions >>

Prévisions du 17 août
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 30°C
Min 26°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 17 km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 18 août
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 29°C
Min 25°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 19 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 19 août
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 29°C
Min 25°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 19 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<< Prévisions