La Ka’aba

vendredi 30 décembre 2011

La Ka’aba signifie en arabe « le cube » est un bâtiment de forme approximativement cubique avec ses 15 m de haut et ses côtés de 10 et 12 m. Il ne possède qu’une seule ouverture, une porte, qui est ouverte pendant quelques visites officielles, et trois fois par an pour permettre de laver le plancher avec de l’eau puisée à la source de Zamzam (celle qui est supposée avoir été découverte par Agar lorsqu’elle cherchait désespérément de l’eau pour son bébé Ismael pendant leur exil dans le désert). Â l’intérieur, la pièce est vide. Le plafond est supporté par trois piliers de bois et les murs sont recouverts de marbre. Dans un angle, un escalier étroit permet d’accéder à la terrasse. On l’emprunte une fois par an pour changer la kiswa, le brocart noir, brodé de versets coraniques qui recouvre la construction.

La fabrication de la Kiswa
Changement du voile le jour de Arafat 2012 / 1433 H
Changement du voile le jour de Arafat 2012 / 1433 H
Changement du voile le jour de Arafat 2012 / 1433 H

Changement du voile le jour de Arafat 2012 / 1433 H

Changement du voile le jour de Arafat 2014/ 1435 H

Changement du voile le jour de Arafat 2014 / 1435 H

Le voile est remonté pendant toute la durée du Hadj

Le bas du voile est remonté pendant toute la durée du Hadj

Après le Hadj retour des tapis et du marquage au sol et début des travaux

Après le Hadj retour des tapis et du marquage au sol et début des travaux de réfection de la sainte mosquée

Le voile est redescendu à la fin du Hadj après Achoura

Le bas voile est redescendu à la fin du Hadj après le jour de Achoura (Muharaam)

Scène de nettoiement de la Kaaba

Scène de nettoiement par l’équipe technique du sol de la Kaaba

La Kaaba en légende


1 - La Pierre noire (angle Sud-est) [al-hajar al-aswad]). En 684, la Kaaba est endommagée par un incendie, la pierre noire éclate à cause de la chaleur. En 930, celle-ci est prise par les Qarmates, et restituée en 950.

2 - La porte de la Kaaba (mur Est), qui est située à 2,13 mètres au-dessus du sol.

3 – La Gouttière (en or) pour évacuer les éventuelles eaux de pluie (mur Nord). En 1626 suite à une inondation trois des quatre murs de la Kaaba s’écroulent. Elle a été reconstruite en 1627. C’est alors qu’on installe cette fameuse gouttière et le ‘châdharwân’ qui protège le soubassement des eaux de ruissellement.

4 - Le châdharwân est une partie du soubassement de la Kaaba.

5 - La zone appelée ‘Hatîm’ partie effondrée ?) est délimitée par le muret appelé pierre d’Ismaël, selon d’autres sources le mot hatîm désigne aussi le muret. Cela correspond à une partie de la Kaaba originelle sous laquelle serait enterrée Agar, la mère d’Ismaël [Al-hajar Ismaël].

6 - Al-Multazam [multazam], lié par un engagement) désigne le pan de mur entre la porte de la Kaaba et la pierre noire.

7 - La station d’Ibrahim [maqâm ibrâhîm] : lors de la construction de la Ka’ba par Abraham et son fils Ismaël, celle-ci prenant de la hauteur, le prophète aurait été contraint de monter sur cette pierre, tout en y laissant l’empreinte de ses pieds.

8 - Angle de la Pierre noire (Sud-est).

9 - Angle du Yémen (Sud-ouest). Une grande pierre placée verticalement forme cet angle du bâtiment. La coutume est de caresser ou saluer cette pierre.

10 - Angle de la Syrie (Cham) (Nord-ouest)

11 - Angle de l’Irak (Nord-est)

12 - Kiswa [kiswa], vêtement ; habit ; draperie) Voile brodé d’or, recouvrant la Kaaba al-ka`aba], voile / tenture de la Kaaba.

13 - Bande de marbre marquant le début et la fin des 7 tours.

14 - Cet emplacement est parfois appelé la station de Gabriel entre le (5) et le (7).

Kaaba (peinture)
Intérieur Kaaba (maquette)

La Tawaaf ou les tournées rituelles

Abraham as construisit la Kaaba dans un lieu complètement déserté. Toutefois, Allah fit de cet endroit un des espaces les plus denses et plus fréquentés au monde. A n’importe quelle heure l’espace sacré de la Kaaba est comme envahie par une foule de tourneurs. Il n’est plus possible à un homme de tourner seul autour de la Maison Honorée.
Nous pensons même que l’univers dans sa globalité tourne autour de la présence divine qui est partout. Allah dit dans le Coran : « Où vous tournez, là est la face d’Allah ».
Ainsi, la Lune gravite autour de la terre et celle-ci autour du soleil. Les autres planètes en font de même. Le soleil quant à lui fait sa tournée dans la galaxie. De même les neutrons et les électrons tournent autour d’un noyau de l’atome. Il ne fait aucun doute que tout l’univers participe aux rites de la tawaaf.

Planètes
Tawaf

Un miracle de positionnement !

Si on en revient à la position sur terre de la Kaaba, le choix de sa position satellite est lui aussi très surprenant. Comme si il la position avait été signé numériquement.

Sa position satellite en fait le centre du monde parfait ! En effet si on prend la distance qui sépare le pôle nord de la Mecque (12348.32Km) et la distance qui sépare le pôle sud de la Mecque (7631.68Km) on opère donc : 12348.32 divisé par 7631.68 = 1.6180

"1.618" résultat plus connu sous le nom du "nombre d’OR" ou "le rapport parfait".
En cela, il devient un fait surprenant !

Une précision à la lettre près, au mot près
si on prend également le mot Baaka étonnant lui aussi puisqu’il n’apparait qu’une seul fois dans tout le Coran et qui désigne la Mecque ou se trouve le cube.

Le verset qui en parle comporte 47 lettres, si on voulait chercher le rapport parfait dans ce verset qui semble vouloir attirer notre attention on obtiendrait 47/1.618 = 29
Et quelle est selon vous le 29ème mot de ce verset ? ...BAAKA !
Un mot qui désigne à la fois la Mecque et la Kaaba (puisqu’à l’envers Baaka donne Kaaba).

Elle est traversée par un nombre très élevé de lignes énergétiques !
Ce qui en fait le monument qui détient la plus grande source d’énergie au monde. Et lorsque l’on sait que l’énergie tourne en spirale dans le sens inverse des aiguilles d’une montre imaginez ce que cela fait de tourner autour de la plus grande énergie au monde dans ce même sens ?
En tournant autour de la plus grande source d’énergie naturelle au monde vous vous ressourcez en énergie tout simplement.
D’où le bien être ressentit de ceux qui pratiquent le pèlerinage à la Mecque lors des tours effectués autour de ce cube.

Tout en étant le point zéro d’attraction terrestre "la zone d’équilibre des pôles" ou "zone de magnétisme zéro" une boussole ne bougerait pas…
Les personnes qui se trouvent à la Kaaba sont donc moins affectées par la gravité terrestre et sont en bien meilleur santé que ceux qui se trouvent rapprochés des pôles.

Le rayonnement le plus long de l’univers !
Le terre émet actuellement (et depuis toujours) une radiation très étonnante, une radiation qui défie toute constatation sur la longueur d’ondes connu (qui sont courtes en général), mais cette fois-ci et récemment des astronautes ont remarqué une longueur impressionnante qui montait en spirale de la terre vers l’espace, en la suivant elle semblait s’élever indéfiniment jusqu’à rejoindre un trou noir pour sortir largement de notre univers et disparaissait dans le trou noir de notre galaxie. Ne pouvant s’approcher de ce trou noir, ils revinrent vers la source de départ, l’origine de cette onde. Ils ont donc recherché le point de départ jusqu’à voir apparaître le point centrale du départ de cette onde et ont affirmé que cette onde émanait étrangement de la Mecque et plus exactement du monument lui même autrement dit : du cube lui-même. Un article a ensuite été mis en ligne à ce sujet et mystérieusement retiré après 21 jours de parution...

La Kaaba pendant le Hadj

Tawaaf autour de la Kaaba pendant le Hadj

Le tawaaf est par excellence la plus haute forme de prière car le Prophète Mohammed pssl a affirmé que : « Il descend chaque jour sur cette Maison Sacrée 120 miséricordes, 60 pour ceux qui font la tawaaf, 40 pour ceux qui font la salaat, 20 pour ceux qui simplement regardent la Kaaba ».
Celui qui fait la tawaaf est considéré comme mi-homme et mi-ange dans la mesure où la procession est la principale forme de prière des malaïka (anges) qui perpétuellement tournent autour de la Baïtul Mamur, la Kaaba originelle du septième ciel.
La tawaaf est si importante pour le musulman que même s’il est handicapé ou est unijambiste, ou a les deux jambes amputées, il accomplira les tournées avec beaucoup de ferveur.
Les oiseaux sont aussi inspirés à faire la tawaaf. Toujours très enthousiastes, ils l’effectuent très rapidement. Ils sont très disciplinés et ne violeront jamais l’espace sacré au-dessus de la Maison d’Allah sauf dans le cas où ils sont souffrants et dans ce cas, ils violeront délibérément l’espace pour trouver une guérison. N’est-ce pas un signe qu’ils ont conscience de leur mission d’autant plus qu’aucune trace d’impureté de leur part n’est visible dans ce périmètre. Par ailleurs, il convient de noter que les anges, profitant de leur séjour sur terre, ne manquent jamais l’occasion qui leur est accordée de tourner autour de la Kaaba, représentation terrestre du trône divin.
La Kaaba est le symbole de l’autorité spirituelle. La circumambulation, elle, représente l’activité humaine sur terre. Ainsi la tawaaf nous rappelle que toute énergie émane de Cette Autorité Suprême. Par conséquent, la totalité de l’activité humaine devra être en conformité avec les injonctions divines et en harmonie avec l’Autorité Suprême.
Doués d’intelligence, les croyants savent que s’ils peuvent se lancer dans n’importe quelle activité, ils ne peuvent mener à bien leur tâche sans l’aide d’Allah.
C’est la raison pour laquelle les croyants font la tawaaf continuellement 24 heures sur 24 sans arrêt et invoquant Allah en ces termes : « Seigneur, accorde-nous du bien en ce monde et du bien dans l’au-delà et Miséricorde, préserves-nous du châtiment du feu ».
C’est le maximum qu’on puisse demander en peu de mots, formule enseignée et pratiquée par le Prophète Mohammed pssl lui-même durant la tawaaf.
On analysera maintenant les règles du rituel.
Après la purification majeure et mineure, la formulation de l’intention, la décence dans l’habillement conformément aux règles islamiques, la tawaaf s’effectue en accomplissant à l’intérieure de la mosquée Al Haram sept tours de la Kaaba à pieds (sauf bien entendu pour les personnes souffrantes qui peuvent utiliser un fauteuil roulant), avec la Pierre Noire comme point de départ et d’arrivée, en incluant le Hijr, demi cercle attenant qui forme partie intégrante de la Kaaba. Si la foule est trop dense on peut le faire au premier ou au deuxième étage de la Mosquée Al Haram.
Le pèlerin doit embrasser la Pierre Noire si c’est possible ou à défaut, la saluer de la main à chaque passage surtout au premier et au dernier passage (le huitième étant le dernier pour sept tours) en prononçant la formule suivante : « Au nom d’Allah, Allah est Grand, Allah soit loué ».
Notons qu’embraser la Pierre Noire (Istelam) n’est pas obligatoire.
C’est une pratique. Par contre, la bousculade, le piétinement y sont strictement défendus. Il ne faut surtout pas bousculer ou pousser son prochain pour pouvoir embrasser la Pierre Noire. On est en la présence divine, le moment est très solennel, aucune nervosité n’est permise.
La viatique du pèlerin c’est la patience. Soyez patient. La Pierre Noire est comme une caméra divine. Il n’enregistra pas seulement votre présence, mais aussi votre état d’âme, l’intérieur invisible de votre cœur. Dans un récit traditionnel, le Prophète pssl a dit : « En vérité, la Pierre Noire est une des hyacinthes du paradis. Elle sera ressuscitée le jour de la résurrection. Elle a deux yeux et une langue avec laquelle elle parlera et témoignera en faveur de tous ceux qui l’ont touchée en vérité et sincérité ».
A l’exception des moments de l’iquamat (appel à la prière), de la prière en congrégation et de la khutba (sermon par l’imam), la tawaaf est valable à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, même durant les toulough (lever du soleil), zawaal (zénith du soleil à midi) et ghooroob (coucher du soleil), heures considérées indésirables pour les prières quotidiennes.
La Kaaba doit se trouver sur la gauche du pèlerin, c’est-à-dire les tournées ont lieu dans le sens inverse des aiguilles d’une horloge.
Il est recommandé aux hommes uniquement d’accomplir les trois premiers tours au pas de course (ramal) et les quatre restants en marchant normalement. De plus l’homme doit se découvrir l’épaule droite (Ijtebagh) durant le ramal.
Le but recherché est de ne pas gêner les mouvements, et la marche accélérée consiste en la rapidité de la démarche. Il s’agit de montrer l’adresse, la fermeté et la force. Tel était le mobile initial. Ce fut une réaction à l’empressement des infidèles à sous estimer la résistance physique des pèlerins musulmans. Cette façon de faire est une règle traditionnelle (sunna).
Il est à noter que tout de suite après la tawaaf et avant même d’offrir les deux unités de prières, il faut se couvrir l’épaule droite. Les deux épaules resteront couvertes durant votre pèlerinage.
A noter qu’il faut observer le ramal et l’ijtebagh que pour la tawaaf de l’arrivée, la tawaaf suivie de la saï (procession entre les collines Safa et Marwa).
Durant la tawaaf, il faut éviter de marcher sur le Shadirwan ou châdharwân , qui fait partie de l’édifice (partie du soubassement de la Kaaba. La tawaaf ne serait pas valable puisque les tournées se font à l’extérieure de la Kaaba.
Au total, il y a quatre sortes de tawaaf. Les règles et la façon de les accomplir sont identiques. Seuls le moment et l’occasion de les effectuer diffèrent.
Ils sont :
1. Tawaaf Quoudoum ;
2. Tawaaf az Ziyara ;
3. Tawaaf al Wida ;
4. Tawaaf at Tatawu.

1. Tawaaf Quoudoum
circumambulation de l’arrivée, il porte aussi le nom de tawaaf attahiyya, circumambulation de salutation.
En rentrant dans une mosquée, on fait deux unités de prière comme salutation qu’on appelle tahayyatul masjid, exceptionnellement dans la Mosquée Al Haram, le tawaaf remplace ces deux unités de prière.
Pour ceux venant à la mosquée pour accomplir l’oumra, leur premier rite sera la tawaaf d’oumra qui est considérée comme leur tawaaf d’arrivée.
Le tawaaf qoudoum n’est pas obligatoire mais elle est hautement recommandée.

2. Tawaaf az ziyara
circumambulation dit de la visite est obligatoire, c’est un des piliers du Hajj, qui doit se faire après le stationnement à Arafat. En général, cette tawaaf est accomplie entre le 10ème jour de Zilhajj, jusqu’au coucher du soleil après la lapidation du satan (la grande stèle Jamrutul Kubra) après l’immolation d’un animal (nahr) après le rasage de la tête (halq) ou la coupe des cheveux (ou le fait de les raccourcir) (qasr) après la désacralisation partielle.
On ne pourra jamais se désacraliser totalement (tahallul) tant qu’on n’aura pas accompli cette tawaaf. La restriction concernant le sexe est toujours en vigueur. Même après le 12ème zilhajj, il vous faudra coûte que coûte accomplir cette tawaaf mais pour compenser ce retard, il vous faudra offrir un caprin en sacrifice. Mais la femme indisposée qui n’a pu accomplir la tawaaf dans le délai prescrit n’a pas à offrir un sacrifice.
Pour une raison ou pour une autre, si un pèlerin est retourné en son pays natale sans accomplir la tawaaf az ziyara, il lui faudra retourner à la Mecque pour la faire le plus vite possible et s’il est incapable physiquement il a la responsabilité de déléguer quelqu’un pour le faire à sa place avant sa mort ou même après.
Sans la tawaaf az ziyara, le Hajj n’est pas valable et il n’a pas de substitut.

3. Tawaaf al wida
circumambulation de l’adieu, appelée aussi tawaaf as sadr,
circumambulation du départ. Elle est considérée comme un devoir (wajib) par Aboo Hanifa ra. Juste avant de quitter la Mecque, immédiatement avant son départ, le pèlerin fait ses adieux à la Kaaba à l’occasion de sa dernière visite à la Mosquée al Haram.
C’est une tawaaf qui n’est pas suivie de la saï. La non observance est compensée par le sacrifice d’un caprin (une chèvre).
Un Hajj sans la tawaaf al wida néanmoins reste valable.
Si une femme qui est dans sa période de menstruation (haizh) doit partir tout de suite avec son group, elle est exemptée de la tawaaf d’adieu.
Cependant, elle peut faire des douas devant la porte de la Masjidul Haram à l’extérieur.

4. Tawaaf at tatowwu
circumambulation additionnelle (nafil mustahab). Etant aussi une tawaaf sans la saï, vous pouvez la faire sans l’ihram, dans sans ramal ni ijtebagh, mais comme toute tawaaf, elle est suivie de deux unités de prières.
Vous pouvez la pratiquer autant de fois que vous voulez, il est même dit qu’aucune trace de pêché ne subsistera sur la personne qui la fera 50 fois durant sa vie.

L’eau de Zam Zam

Zamzam avant transfert au sous sol

Le puit de Zamzam avant son transfert au sous sol pour agrandir l’espace du Tawaaf

La source de Zam Zam au sous sol

Abraham (as) avait laissé Ismaël (as) et sa mère Hâjra (ra) dans une vallée désertique, devenue ensuite La Mecque.
Le voyant partir ainsi, elle le suivait et lui dit : "0 Abraham ! où vas-tu et comment nous laisses-tu dans cette vallée qui n’abrite ni être humain ni rien ?" Cela, elle le lui disait plusieurs fois. Et, comme il ne se retournait pas, elle lui interrogeait : "Est-ce que c’est Allah qui t’a ordonné de faire cela ? — Oui, a-t-il répondu. — Alors, dit-elle. II ne nous abandonnera pas."
Après quoi, elle est retournée sur ses pas. Abraham a continué alors son chemin, et est arrivé à un col où ils ne pouvaient le voir, il a fait face à la Maison et a prononcé en ayant les mains levées et a fait des invocations.
La mère d’Ismaël (as) allaitait son enfant et donnait à boire cette eau jusqu’au moment où toute l’eau s’était épuisée. Après quoi, elle avait soif tout autant que son fils. Pour ne pas voir son fils souffrir, elle s’était éloignée, mais arrivée à as-Safâ’, la montagne la plus proche, puis faisait face à la vallée dans l’espoir de voir quelqu’un arriver.
Comme elle ne voyait personne, elle descendait d’as-Safâ’.
Atteignant la vallée, elle courrait jusqu’à la limite de la vallée à al-Marwa, elle scrutait les alentours dans l’espoir de voir quelqu’un venir mais elle ne voyait personne. Elle a fait cela par sept fois.
Puis, tout d’un coup elle voyait apparaître l’ange Gabriel (as).
Celui-ci a remué la terre et l’eau a jailli. Hâjra (ra) se mettait alors à retenir l’eau comme dans un bassin ; et à la prendre avec ses mains pour en remplir l’outre. L’eau jaillissait chaque fois qu’elle en puisait.
Les invocations sortant d’une mère, Hâjra (ra), ont créé une source d’eau miraculeuse qui a incité la tribu de Jurham de s’établir à la Mecque. Après la mort d’Ismaël (as), leur nombre a augmenté considérablement, mais en même temps les membres de la tribu ont régressé en spiritualité. Ils étaient complètement déviés de l’enseignement d’Ismaël (as) à tel point que les descendants de celui-ci ont du les chasser de cette localité sacrée. Leur état de débauche était outrageant. Avant de partir la tribu a contre-attaqué en remplissant le puits de zam zam avec tout ce qu’ils pouvaient trouver sur place. Ils ont recouvert le lieu avec de monts de sable. Par conséquent, le puits est resté invisible pendant plus de mille ans. En revanche, la Kaaba est demeurée le centre du pèlerinage pour les descendants d’Ismaël (as) aussi bien que pour ceux venant de loin.
Malgré la disparition du puits, l’hospitalité des gens a voulu qu’il procurât de l’eau à tous les pèlerins. Abdul Monaf (ra), descendant direct d’Ismaël (as), et l’ancêtre du Prophète Mohammed (pssl) avait cette responsabilité honorable. Le privilège de distribuer de l’eau, qu’on appelle ’siqaya’ a été transféré de père en fils. Abdul Mutallib (ra), chef de la famille Bunu Hashim et également le grand-père du Prophète (pssl) a reçu cette honorable charge. Le titulaire du titre de distributeur d’eau avait une fonction difficile. Sans les puits de Zam Zam, il fallait transporter de l’eau de très loin.
Néanmoins, Abdul Mutallib (ra) accomplissait son devoir avec ferveur puisqu’il croyait fermement en la cause.
Par ailleurs, Abdul Mutallib (ra) connaissait bien l’histoire de la Mecque ancienne. Il savait qu’il existait au temps d’Ismaël (as) un puits dans l’enceinte de la Kaaba. Il a essayé donc de le localiser. Mais celui-ci est demeuré introuvable.
Un soir, alors qu’il dormait dans le Hijr, il a vu en songe que le site du puits de Zam Zam est situé sous l’emplacement de l’autel du sacrifice à peine quinze mètres de la Kaaba. Pour vérifier, il lui fallait déplacer les idoles qui l’entouraient. Cependant aucune tribu ne voulait approuver sa proposition de déplacer les idoles.
Ainsi, Abdul Mutallib (ra) est retourné vers Dieu et le pria de l’aider dans sa tâche. Il a pris l’engagement que si Dieu l’aidait à retrouver le puits de Zam Zam et le bénit de dix fils, il sacrifierait l’un d’eux à la Kaaba et signe de remerciement. D’emblée, il a informé les Quraichites de son serment de sacrifier un de ses fils sur l’autel en cas de réussite. Avec cette nouvelle proposition, les tribus ont cessé de s’opposer à son idée d’effectuer une fouille. Toutefois, elles ne l’ont pas aidé dans cette entreprise. Téméraire, il a commencé la fouille avec l’aide de son fils Harith sous les regards ironiques des Quraichites.
Après avoir beaucoup creusé avec persévérance, et par la Grâce de Dieu, le puits a jailli de l’eau cristallisée. C’était une découverte phénoménale en ce sens que l’eau était convoitée comme de l’or. Abdul Mutallib (ra) a reçu les félicitations et les remerciements de toute part. Il est devenu un héros très respecté et était considéré par tous comme un dirigeant en matière d’eau.
Le temps passait et Abdul Mutallib était aussi béni de dix fils avec la volonté divine et tous étaient devenus adultes. Etant un homme de parole, il n’a pas oublié sa promesse à Dieu. Il devait sacrifier un de ses fils. Il fallait en choisir un, et c’était la grande difficulté.
A cette époque de l’ignorance (jahiliya) et lorsque les gens avaient un choix à faire, ils avaient pour habitude de procéder à un tirage au sort. Il a réuni ses dix fils autour de la Kaaba et les mettait au courant de son dilemme. Avec le consentement de tous ses fils, il a fait un tirage au sort. Par trois reprises, le sort est tombé sur Abdallah (ra), le benjamin et celui qui était le plus aimé de tous.
Sans perdre de temps, Abdul Mutallib (ra) a commencé les préparations pour le sacrifice de son fils Abdallah. La nouvelle était propagée très vite dans le quartier et a déclenché une protestation de grande ampleur.
Abdallah était le bien aimé de tous pour ses bonnes manières. Une délégation mecquoise était venue convaincre Abdul Mutallib (ra) à changer d’avis. Mais ce dernier était déterminé dans sa démarche. Il a accepté qu’un groupe de gens aillent consulter la célèbre prêtresse Shia en Syrie pour trouver une solution. Celle-ci, après avoir écouté l’histoire, dit : « Notre coutume ici est de payer dix chameaux en guise de compensation pour un homme assassiné, ainsi Abdul Mutallib doit placer dix chameau d’un côté et Abdallah de l’autre et ensuite tirer au sort. Si le sort est du côté d’Abdallah, il faut y ajouter dix chameaux jusqu’à ce qu’il plaise à Dieu de faire tomber le sort du côté des chameaux ».
En toute hâte, la délégation est retournée à la Mecque pour informer Abdul Mutallib (ra) de la suggestion de la prêtresse Shia. Guidé par la sagesse divine, Abdul Mutallib a obtempéré.
A neuf reprises le sort est tombé sur Abdallah et le dixième est tombé du côté des chameaux. Il lui fallait sacrifier cent chameaux pour sauver la vie d’Abdallah et honorer sa promesse à Dieu (après cet évènement-là, il était devenu une coutume en Arabie de payer cent chameaux en guise de compensation pour la vie d’un homme).
Très enthousiasmé, il a organisé une grande fête et a invité tous les habitants de la Mecque et de la banlieue afin de sacrifier les cent chameaux. Il a décidé ensuite de trouver une conjointe pour Abdallah(ra). C’est dans le désert de la Mecque, dans une famille de noble lignée que Abdul Mutallib (ra), a marié son fils Abdallah(ra) à la plus pure et la plus chaste des filles, une fille de grande beauté physique et morale, Amina bint Wahab bin Abd al Manaf bin Zouhra bin Kilab bin Moora bin Kaab, al Zahira, la Quraychite.
C’est ainsi qu’à l’âge de vingt ans Abdallah a épousé Amina, la vertueuse et ravissante fille de la tribu Banu Zahra. Il a eu avec elle, Mohammed (pssl), le dernier des prophètes sur terre.
Après un millénaire de disparition, l’apparition du puits de Zam Zam avant même la naissance du Prophète est très significative et annonçait la venue d’un nouveau régime.
Aussi doit-on noter que depuis la naissance du Prophète (pssl), l’eau de Zam Zam n’a jamais cessé de jaillir.

Actuellement la consommation moyenne par jour par les pèlerins seulement est de 10,000 mètres cube sans compter les 40 tonnes envoyées quotidiennement à Médine et l’énorme quantité expédiée à l’extérieur.
Les études scientifiques ont démontré que l’eau de Zam Zam est pure comme du cristal et est naturellement potable sans traitement. Elle est conforme aux normes internationales de pureté.
Par un surcroît de prudence, l’eau est traitée sous les rayons ultra violets pour sa stérilisation. Ceci n’affecte ni le goût, ni la couleur, ni la composition et l’eau parvient aux consommateurs sans que rien n’y soit ajouté.
La Zam Zam contient un taux de magnésium, de sodium et de potassium plus élevé que dans une eau de source ordinaire. Par contre, la qualité de fer qu’elle contient est juste inférieure à la maximale recommandée par l’Organisation mondiale de la santé.
Sa conductivité électrique est trois fois supérieure. Enfin, il ne faut pas oublier qu’elle possède beaucoup d’ions qui sont très nutritifs.
Nous pouvons conclure qu’elle est la meilleure eau minérale qui existe sur terre.
Etant situé à peine quinze mètres de la Kaaba dans le Mataf, la maison qui recouvre le puits a dû être transférée au sous-sol afin d’agrandir l’espace du Mataf pour faciliter la tawaaf.
Le plafond de la nouvelle maison du puits adhère au sol du Mataf. Le puits est doté d’une paroi en demi-cercle faite de panneaux transparents permettant de le voir. L’emplacement du puits est indiqué sur le sol du Mataf par un cercle en marbre noir. La grande salle du puits est entièrement climatisée et illuminée et est équipée d’unités en marbre avec environ cinq cent robinets chromés. De plus, l’eau est repartie dans toute la Mosquée passant par des réfrigérateurs situés au sous-sol. Le pompage et la réfrigération sont commandés par ordinateurs.
Outre ces réseaux de distribution, il y a en permanence 8000 thermos contenant 50 litres d’eau éparpillés dans toute la Mosquée, tout près des prieurs accompagnés de millions de gobelets.
Pendant le pèlerinage, l’eau est aussi distribuée par des camions frigorifiques stationnés dans les lieux de rassemblement des pèlerins.
L’eau de Zam Zam a cette particularité. Pour ceux qui dans leur vie ne peuvent s’approcher du puits de Zam Zam, alors c’est elle qui ira à leur rencontre où ils se trouvent. L’eau est gratuite en soi. Les éventuels acheteurs ne payent que le coût du transport et du contenant.
L’eau de Zam Zam est la preuve que la bénédiction divine, la baraka, est inépuisable.
Il faut souligner que selon un récit traditionnel concernant l’eau de Zam Zam, le Prophète pssl a dit : « L’eau de Zam Zam est efficace pour tous les buts que vous voudrez atteindre » et selon un autre récit, Hazrat Omar (ra), en buvant l’eau de Zam Zam a dit : « Seigneur, je bois l’eau de Zam Zam pour étancher ma soif le jour du jugement dernier ». Selon un autre hadith, le Prophète (pssl) a dit que : « L’eau de Zam Zam est efficace contre la soif et la faim. Elle est aussi efficace si vous la buvez avec l’intention d’avoir la guérison contre une maladie ».
Enfin, lors de l’ascension (miraj), l’ange Gabriel (as) a apporté le Buraaq et un récipient en or du Paradis, mais il n’a pas apporté avec lui l’eau du Paradis. Il a utilisé celle de Zam Zam pour laver le cœur du Prophète (pssl) avant de partir pour la grande aventure.
En buvant l’eau de Zam Zam, le Prophète (pssl) priait Allah en ces termes : « Je te demande la connaissance utile, suffisamment de nourriture et la guérison contre toute maladie ».

Il est à noter qu’il est strictement défendu d’utiliser l’eau de Zam Zam pour les toilettes et celui qui boit cette eau doit se tenir debout et faire face à la Kaaba (comme pour la prière).
La source Zam Zam est un miracle actuel et vivant. Rationnellement, on ne peut pas expliquer son abondance. Il n’y a pas de rivière, de lac ou une autre source proche. Cette eau coule, en tout cas, depuis au moins l’époque du Prophète (pssl), c’est-à-dire depuis plus de quatorze siècles. On peut consulter sur le même sujet l’article intitulé "l’eau de Zam Zam, le miracle permanent".

Le Maqam Ibrahim

La station d’ Abraham (Maqam Ibrahim)

Pour terminer la construction de la partie supérieure des murs de la Kaaba, Abraham monta sur un gros bloc de pierre, qu’il déplaçait après avoir achevé chaque section. Une fois la Kaaba terminée, le gros bloc de pierre resta en dehors de la Kaaba, à proximité du mur est du sanctuaire. On lui donna le nom de « Maqam Ibrahim ». Le mérite de ce Maqam est confirmé et réputé par le texte du Coran et la Sounnah. Allah l’Exalté dit « Il contient des signes clairs parmi lesquels le Maqam de Ibrahim ». Sourate AlouImran / 97.

Aujourd’hui, le Maqam Ibrahim, qui renferme la pierre, se trouve devant la porte de la Kaaba. Le bloc de pierre mesure environ 60 centimètres sur 90. Il est posé aujourd’hui à l’endroit où Abraham offrit ses prières.

Scène de prière


La prière de Maghreb devant le Maqam Ibrahim à la Kaaba

La Pierre Noire

La fameuse pierre noire est enchâssée dans l’angle sud-est du mur extérieur de la Kaaba. , elle marque l’endroit d’où commence la circumambulation (Tawaf) autour de la Kaaba qui est l’une des étapes du Hadj (grand pèlerinage). Il s’agirait selon la Tradition d’une pierre du Paradis que aurait ramené sur Terre venant du paradis.

La Piere noire

Elle est entourée d’une bande en argent et se situe à 1,50 m au-dessus du sol et elle est de forme elliptique et son diamètre est d’environ 30 cm. La plupart des hadiths relevant de la Sunna authentique et concernant la Pierre noire disent entre autres que la Pierre noire venue du paradis, a été descendue sur la terre par Allah à travers l’Ange Gabriel (Jibril) (as). Qu’elle était plus blanche que le lait, que les péchés humains l’ont noirci, qu’elle viendra au jour de la Résurrection dotée de deux yeux pour voir et d’une langue pour témoigner en faveur de celui qui l’aura touchée avec une intention sincère, qu’on la touche ou l’embrasse on lui fait signe. C’est le premier geste à faire par le pèlerin dans le cas d’un pèlerinage obligatoire ou surérogatoire.
Le Prophète (sala Allah ‘alih wa salam) a embrassé la pierre noire, et les membres de sa communauté ont fait le même geste derrière lui. Si on n’est pas en mesure de l’embrasser ou la toucher avec la main ou à l’aide d’un objet et on embrasse celui-ci. Si on ne peut pas agir ainsi, on se contente de lui faire signe de la main et dire « Allahou akbar ».

La Gouttière de la Kaaba
La Gouttière de la Kaaba

La fameuse gouttière en or au dessus de la Kaaba sur le mur nord.


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2018

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 5 prochains mois

Météo

Dakar, DK, Senegal

Conditions météo à 17h00
par weather.com®

Soleil voilé

30°C


Soleil voilé
  • Vent : 19 km/h - ouest
  • Pression : 1008 mbar tendance symbole
Prévisions >>

Prévisions du 20 août
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 30°C
Min 25°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 12 km/h
  • Risque de precip. : %
<< Conditions  |  Prévisions >>

Prévisions du 21 août
par weather.com®

Soleil et nuages épars

Max 28°C
Min 25°C


Soleil et nuages épars
  • Vent : 11 km/h
  • Risque de precip. : 10%
<<  Prévisions  >>

Prévisions du 22 août
par weather.com®

Soleil voilé

Max 29°C
Min 25°C


Soleil voilé
  • Vent : 9 km/h
  • Risque de precip. : 20%
<< Prévisions